Vous êtes ici : Accueil

Le privé, c’est aussi l’adaptation scolaire

Plus de 3 000 enfants présentant des difficultés de comportement, des difficultés d’apprentissage, des déficiences ou des handicaps fréquentent une école privée spécialisée au Québec.

Douze établissements d’enseignement spécialisé en adaptation scolaire, concentrés dans les régions de Montréal et Québec, accueillent cette clientèle.

La politique du ministère de l’Éducation du Loisir et du Sport est à l’effet que les jeunes handicapés ou en difficultés d’adaptation et d’apprentissage soient intégrés aux classes ordinaires.

Toutefois, une seule forme d’intégration n’étant pas la solution pour tous ces enfants, il faut envisager d’autres avenues. C’est là que les écoles spécialisées interviennent.

La plupart de ces écoles spécialisées fondées il y a plus de 40 ans sont issues de projet de recherche universitaire ou encore furent créées pour répondre aux -besoins des parents qui ne trouvaient pas les ressources que nécessitaient les besoins particuliers de leurs enfants dans le système d’éducation du temps. Depuis leur création, ces écoles ont développé une très grande expertise dans les différents domaines de l’adaptation scolaire et sont devenues, avec le temps, un rouage incontournable du réseau public ; en vertu d’ententes de scolarisation avec les commissions scolaires pour plus de 80% de leur clientèle, ces écoles subventionnées par le MELS offrent aux parents une fréquentation scolaire à des coûts comparables à ceux de l’école publique.

Des gens dédiés

Pour comprendre la clientèle, il faut visiter ces écoles et observer sur place l’engagement exceptionnel des 650 personnes qui composent le personnel de ces établissements ; des équipes multidisciplinaires formées de gens passionnés, qui aiment ces jeunes et ont à coeur leur bien-être et leur réussite.
Ces écoles se démarquent tant par le nombre restreint d’élèves par classe que par la diversité d’intervenants spécialisés et professionnels oeuvrant quotidiennement dans l’école. Plusieurs d’entre eux participent à des protocoles de recherche avec les universités et ont des liens étroits avec le réseau de la santé et le monde de l’emploi pour les stages en milieu de travail.