Vous êtes ici : Accueil > RESSOURCES > Outils numériques collaboratifs > Le portfolio numérique
Publié : 25 octobre 2004

Le portfolio numérique

Pourquoi utiliser un portfolio numérique ?

- Pour que l’élève...

    • possède un lieu unique de consignation et d’indexation de ses réalisations ;
    • ait accès de partout à son portfolio ;
    • possède un espace de réflexion, de suivi et d’évaluation sur les apprentissages ;
    • se responsabilise face à ses apprentissages ;
    • puisse accéder efficacement à un portfolio sous trois aspects : apprentissage, évaluation et présentation ;
    • puisse présenter son porfolio de présentation à ses amis ;
    • puisse y ranger des fichiers divers, des photos, des vidéos et des sons.

- Pour que l’enseignant...

    • puisse suivre facilement l’évolution, la progression de ses élèves ;
    • dispose d’un outil d’évaluation en cours d’apprentissage ;
    • puisse consulter l’historique des apprentissages de chacun de ses élèves d’une année à l’autre ;
    • utilise un outil cohérent avec le programme de formation ;
    • dépose des ressources en les rendant disponibles à ses élèves de partout.
    • puisse voyager léger !

Comment faire une bonne utilisation d’un portfolio numérique ?

5 étapes sont essentielles :

Collection

  • Téléverser un fichier et ajouter un item au portfolio

Sélection

  • Lier des items à un projet
  • Ajouter des items du portfolio à une présentation
  • Placer les items dans une catégorie personnelle ou une catégorie proposée par l’enseignant

Réflexion

- Lors de la collection

  • Ajouter une description ou un commentaire à un item
  • Définir ses forces et ses défis en lien avec un item du portfolio
  • Classer les items en catégories (personnelles ou fournies par l’enseignant)

- Lors de la sélection

  • Ajouter un commentaire à un item de la présentation
  • Modifier les éléments entrés lors de la collection pour les améliorer
  • Classer les items en catégories (personnelles ou fournies par l’enseignant)

- Lors de l’évaluation

  • Réagir aux commentaires laissés par les personnes ayant accès au portfolio

Évaluation

  • Compléter les grilles proposées par l’enseignant
  • Donner accès à ses présentations à ses amis
  • Réagir aux commentaires laissés par les personnes ayant accès au portfolio

Célébration

  • Livre d’or

Par où commencer ?

Il est facile de trouver de la documentation au sujet du portfolio numérique. Ce qui est plus ardu, mais ô combien pertinent, c’est de déterminer pourquoi on veut se servir de cet outil et de qu’il va occasionner comme changement dans notre pratique... Les liens qui suivent vous aideront à répondre à ces questions.

http://www.qesnrecit.qc.ca/portfolio/fra/drp_fr.htm

http://www.cyberfolio.org/

http://www.meq.gouv.qc.ca/drd/tic/portfolio.html

http://recit.cssh.qc.ca/portfolio/index.html

http://www.cidc.qc.ca/portfolio/

http://www.ntic.org/guider/textes/portfolio.html

http://cotte.joueb.com/texts/ErikDriessenEPortfolio.shtml

http://core.ele-mental.org/ kginger/portfolio/portfolio.php

http://www.csdeschenes.qc.ca/snaps/portfolio.htm

http://www.er.uqam.ca/nobel/r33554/sites1.html

http://www.protic.net/profs/micheldesbiens/eleves/portfolio/dapprentissage.htm


Quel genre de SAÉ fera l’affaire ?

Madame Marie-Françoise Legendre a beaucoup réfléchi sur la question. Voici un résumé de sa réflexion.

Elles sollicitent les compétences de l’élève et en favorisent le développement. Elles peuvent nécessiter le recours à plusieurs tâches ou activités.

Elles ne sont pas un simple prétexte pour mettre l’élève en activité (déclencheur), mais un véritable contexte, riche et fécond , qui permet de donner un sens aux activités qui s’y déroulent.

Elles sont guidées par des intentions pédagogiques claires pour l’enseignant et orientées vers un but. Il importe d’avoir une bonne idée du cap, de la direction dans laquelle on chemine, mais cela ne signifie pas que l’itinéraire ni les ports soient entièrement déterminés à l’avance.

Complexes : elles nécessitent la mobilisation et la combinaison de plusieurs ressources et exigent bien plus que l’application d’une démarche préétablie ou l’exécution d’une procédure.

Contextualisées : elles s’inscrivent dans un contexte qui leur donne du sens et qui balise les activités du sujet. Le contexte contribue à définir les contraintes et les ressources disponibles.

Finalisées : orientées vers l’atteinte d’un but qui a du sens en fonction du contexte dans lequel s’inscrivent les activités à réaliser.

Culturellement ancrées : elles font appel à des outils culturels, qui ne sont pas conceptuellement neutres : il s’agit, notamment, de ressources offertes par les champs disciplinaires ou d’autres outils construits par la culture.

Ouvertes : elles balisent le chemin sans tracer a priori d’itinéraire précis. Elles laissent place à une part d’interprétation et permettent l’émergence d’opportunités pédagogiques. Elles autorisent des entrées différentes et plus d’un traitement possible. Elles laissent place à l’imprévisible.

Sources de déséquilibres : elles amènent l’élève à affronter des obstacles, à évaluer ses limites, à s’approprier de nouvelles ressources, à réfléchir sur ses actions. Elles peuvent nécessiter des ajustements ou régulations en cours d’activités pour permettre leur adaptation à l’élève. La médiation de l’enseignant ou des pairs s’avère ici précieuse.

Écologiquement valables : elles se rapprochent de situations réelles, c.à.d. socialement et culturellement signifiantes dans lesquelles la compétence est appelée à être exploitée, ce qui favorise le transfert des acquis.